Thyroïde

Mon Alimentation pour une thyroïde au top et les compléments alimentaires


 

La diététique

 

 

Optez avant tout pour un régime hypotoxique, c’est-à-dire sans excitants comme le café, le thé, le chocolat, l’alcool ou le tabac, et sans produits puriniques comme les fromages faits, les viandes rôties ou la charcuterie.

Il est également recommandé de réduire la consommation de graisses et de sucres.

Vous trouverez les protéines dans les œufs, les laitages maigres, les viandes maigres bouillies et les poissons bouillis. j’ai opté pour une cuisson douce qui permet de garder les qualités nutritionnelles  des aliments, ne pas dépasser 95°.

Pour le reste vous insisterez surtout sur les légumes, crus et cuits, éventuellement agrémentés d’un peu de céréales complètes.

Attention : certains aliments ont une teneur en nutriments goitrigènes, qui peuvent ralentir le fonctionnement de votre thyroïde. Ces aliments ne vous sont toutefois pas interdits… à condition de les cuire, car la cuisson inactive ces substances. 

 


Ce sont :choux de bruxelles thyroide

  • les choux de Bruxelles,
  • le chou,
  • le chou-fleur,
  • le brocoli,
  • le chou frisé,
  • le rutabaga,
  • le radis,diététique pour hyperthyroidie
  • le raifort,
  • le manioc,
  • les patates douces
  • les arachides,
  • le millet.

 

 

 



Par ailleurs, un apport substantiel en iode étant essentiel au bon fonctionnement de votre glande thyroïde, je vous  conseille les poissons de mer, les crustacés et fruits de mer, les algues, les œufs, fèves, noix, bananes et avocats.

Remplacez le sel de table ordinaire (chlorure de sodium) par du véritable sel marin, cad du sel marin non transformé graines de courge hypothyroidie

Celui-ci est non seulement beaucoup mieux assimilé, mais il est aussi une source d’iode naturel.

La graine de citrouille est très riche en zinc et contient également de bonnes quantités de tyrosine et de sélénium, deux nutriments qui, comme nous allons le voir, sont nécessaires au bon fonctionnement de la glande thyroïde.  

Alors, justement… quels compléments nutritionnels sont généralement indiqués pour booster la thyroïde ?

 

 

Les compléments

Avant tout, comme on vient de le dire, l’iode et la L-tyrosinesont indispensables à la production des hormones thyroïdiennes.

Pour ce qui est de la tyrosine, l’organisme en produit naturellement à partir d’autres acides aminés.

Mais, avec le vieillissement, cette production se raréfie et une supplémentation devient indispensable à des doses variant entre 100 et 500 mg par jour.

Cela dit, rien n’empêche, en plus de la supplémentation, de manger des amandes, avocats, bananes, fèves lima, graines de citrouille et graines de sésame qui sont tous d’excellentes sources de tyrosine.

Et, en passant, n’oubliez jamais que la tyrosine favorise également la production de dopamine et noradrénaline, qui agissent favorablement sur la dépression. 


Concernant l’iode, sa supplémentation permet d’éviter l’obésité, ainsi que les problèmes de peau, de cheveux et d’ongles, mais il combat également la fatigue, et participe, comme on l’a dit, à la formation des hormones thyroïdiennes.

Il nous en faut de 150 à 200µg par jour, à défaut de quoi des carences pourront s’installer avec, pour conséquences éventuelles, goitre, frilosité, fatigue générale, obésité, constipation.

Vous trouverez l’iode dans les poissons et fruits de mer, les algues marines, les légumes verts, l’oignon le navet, les pruneaux et les champignons de Paris… ou dans le Kelp.


Le kelp est en effet fort bien pourvu en iode et stimule donc la thyroïde paresseuse. Cette algue présentée habituellement sous forme de poudre est exceptionnellement nutritive et remplace très avantageusement le sel du fait de son équilibre minéral parfait.


Le zinc, pour sa part, renforce le fonctionnement de la thyroïde en contribuant à la conversion de la T4 (thyroxine) en T3 (triiodothyronine), cette dernière étant l’hormone thyroïdienne la plus active.

De plus, une supplémentation en zinc prévient la diminution des niveaux d’hormones thyroïdiennes provoquée par la pratique d’une activité physique chez des hommes sédentaires.

Certains aliments recommandés dans les conseils diététiques plus haut, comme par exemple la graine de citrouille, contiennent du zinc.

Un autre moyen de s’assurer d’un apport suffisant en zinc, consiste à consommer quotidiennement un supplément comme le zinc picolinate.

La dose recommandée est alors de 10 à 30 mg par jour.

Il vous faut simplement consommer ce zinc loin des repas, c’est-à-dire 1 heure avant ou 2 heures après le repas.

Attention : la consommation de café empêche une bonne absorption du zinc.


Autre minéral indispensable, le sélénium.

Pour vous donner une idée de son importance, sachez simplement qu’il est plus concentré dans la thyroïde que dans n’importe quel autre organe.

Il la protège par ses propriétés antioxydantes et agit comme cofacteur en facilitant la production des hormones thyroïdiennes.

D’autre part, il favorise, lui aussi, la conversion de la T4 en T3.

D’ailleurs, chez les personnes âgées, la diminution de la conversion de T4 en T3 est souvent due à une insuffisance de sélénium.

L’aliment le plus riche en sélénium est la noix du Brésil.

Malheureusement, il est difficile aujourd’hui, même en mangeant équilibré et naturel, de tirer de l’alimentation les quantités quotidiennes requises en sélénium.

C’est pourquoi mieux vaut prendre ce minéral sous forme de complément alimentaire… tout au moins lorsqu’on a des problèmes de thyroïde.

La dose recommandée normale est de 200 mcg par jour… et il ne faut jamais dépasser cette dose sans contrôle médical ! 


Autre minéral utile : le magnésium.

Son emploi est toutefois assez spécifique puisqu’il prévient la diminution de l’activité de la thyroïde consécutive à la pratique d’une activité sportive épuisante, chez les sportifs entraînés comme chez les sujets sédentaires.

 dans un prochain article je parlerai plus en détail du magnésium et de son importance 


La forskoline, extraite du Coleus forskohlii, agit pour sa part en activant l’enzyme adénylate cyclase qui augmente l’adénosine monophosphate cyclique dans les cellules avec, comme conséquence, d’accroitre la production des hormones thyroïdiennes et de stimuler leur libération.


 

L’ashwagandha a une action reconnue sur la glande thyroïde et est réputée pour ses propriétés reconstituantes et adaptogènes contre les effets du stress.

La dose recommandée, pour agir sur la thyroïde, est de 900 mg par jour (en 2 doses de 450 mg).

A noter que l’action stimulante de l’Ashwagandha sur la glande thyroïde est encore renforcée par la consommation conjointe du Commiphora mukul.


 

Alors, précisément, ce Commiphora mukul ou plutôt ses extraits, les guggulstérones, comptent effectivement parmi les meilleurs stimulants de l’activité de la glande thyroïde et accroissent la conversion de la T4 en T3.

C’est d’ailleurs à ces effets qu’on attribue la capacité des guggulstérones à favoriser la perte de poids.

La prise de guggulstérones s’accompagne également d’une diminution des lésions oxydatives au niveau du foie, principal site de stockage de la T4 et de la conversion en T3.

L’apport quotidien doit être de 2000g, à prendre en 4 fois. 


Les biothérapiques

Du coté des biothérapiques, les solutions ne manquent pas non plus !

En phytothérapie, tout d’abord, on recommande généralement Hedera Helix TM.

C’est le lierre grimpant, qui stimule la thyroïde et sa sécrétion d’hormones.

A raison d’une soixantaine de gouttes par jour pendant les deux premières semaines du mois, il peut rééquilibrer les hypothyroïdies légères et même avoir une incidence relative sur l’une de leurs conséquences disgracieuses : la surcharge pondérale.

Attention : si les cures d’Hedera Helix TM s’entreprennent sur la durée, toujours à raison de quinze jours par mois, il ne faut surtout pas augmenter les doses quotidiennes car, tout naturel qu’il soit, le lierre est toxique à trop haute dose.


 

En oligothérapie,  je recommande Manganèse-Cuivre et Iode, alternés tous les deux jours.

En lithothérapie déchélatrice, les Drs Bergeret et Tétau conseillent des cures de 2 mois avec repos d’un mois, composées comme suit :  

  • le matin : 1 ampoule de Fluorite D8; 1 ampoule de Iodargyrite D8; 1 ampoule d’Azurite D8.
  • le soir : 1 ampoule de Fluorite D8; 1 ampoule d’Iodargyrite D8.

 


Enfin, en aromathérapie, trois huiles essentielles sont indiquées : ail, anis et menthe que l’on prendra à raison d’une goutte, deux à trois fois par jour.


Les thérapies complémentaires

Dans un tout autre domaine, il existe des techniques hypnotiques, comme celle de Zlocker, qui, par suggestions spécifiques, tendent à stimuler la thyroïde.yoga pour stimuler la thyroide

Dans le Yoga, certains exercices de la nuque (griva-sakti-vikasaka) activent la circulation du sang dans l’encéphale et stimulent la thyroïde.

Et pour finir, la relaxation, méthode antistress par excellence, offre aussi de belles perspectives d’amélioration… puisque le stress chronique peut causer certains dommages à la glande thyroïde et ralentir l’absorption des hormones thyroïdiennes.

La pratique d’une technique de relaxation, durant 30 minutes par jour, réduira donc considérablement ou complètement les effets néfastes du stress sur votre thyroïde.

Parfois, cette seule pratique fait disparaître vos symptômes et rétablit le fonctionnement normal de votre glande.

 


  Il est aussi important de pratiquer une activité physique car la thyroïde y est très sensible, prenez une activité qui vous plaise vraiment, faites vous plaisir, cela ne doit pas être une contrainte, car dans le temps vous l’arrêtez .Il est important de prendre du plaisir dans ce que nous faisons, Pour moi c’est la randonnée, j’ai essayée autre chose mais cela ne marchait pas car je ne m’y tenais pas .

il va de soi que nous faisons ce que nous pouvons, il n’est pas indispensable de prendre tout ce que j’ai conseillé dans cet article mais de choisir ce qui lui convient .


Donc pour résumer, pour voir votre thyroïde s’améliorer, il faut ajouter des aliments de types crucifères  cuits, des poissons type bleus, fruits de mers, des algues, des aliments riches en selenium, de la vitamine D( aller le plus souvent au soleil , cela peut être aussi se mettre sur sa chaise longue 10 mn quand le soleil pointe son nez ! ) des aliments riches en magnésium, en vitamine C , en Souffre ( Crucifères) , des moments de relaxation, une activité physique qui vous plaise.

je m’accorde aussi régulièrement des cures de déparasitage, ainsi des cures du foie pour permettre à mon foie de remplir  ses divers rôles et de permettre par cette occasion que ma thyroïde reprennent ses fonctions.


j’espère que cet article vous aura aidé au mieux à vous donner une vue d’ensemble

Prenez soin de vous 

Avec le coeur et Bienveillance

Kaline 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *